apprendre à prier jour par jour
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
illustration
12e jour : Réfléchir ou aimer ?

Pour visualiser ce message dans votre navigateur, cliquer ici.

           Cher Priant,

             Nous entrons maintenant dans la 3e partie de notre école d’oraison. Après avoir posé des fondements (1ère partie) et appris à méditer ensemble la Sainte Ecriture (2e partie), nous allons aborder quelques aspects particuliers de la prière qui nous aideront à progresser.

            Aujourd’hui, nous vous proposons de partir de la question : réfléchir ou aimer ?

La diversité des âmes

            Pour vous aider à prier, nous vous avons proposé des méditations guidées. Mais peut-être certains d’entre vous auraient-ils préféré rester en silence avec le Seigneur, sans chercher à lire ou réfléchir ? Ils auraient souhaité simplement être une présence aimante auprès de Jésus. N’est-ce pas ce que disait Ste Thérèse d’Avila : « Pour beaucoup avancer sur ce chemin, il ne s’agit pas de beaucoup réfléchir, mais de beaucoup aimer » (Chemin de la Perfection, ch. 33) ?

            Et inversement, peut-être avez-vous eu du mal à prier, même avec les méditations proposées, ne sachant pas très bien comment « développer » personnellement les indications données ?

            « Il y a plus de différence entre les âmes qu’entre les visages » disait le Père Pichon, le père spirituel de Ste Thérèse de Lisieux. En effet, pour certains, la relation à Dieu passera d’abord par l’intelligence ; pour d’autres, elle passera par l’affectivité, les sentiments. Et en plus des tempéraments personnels, il y a aussi des variations avec le temps, l’âge et les grâces que Dieu accorde.

Prendre conseil

            Pourquoi ne pas demander des conseils à un accompagnateur spirituel pour y voir plus clair ? Thérèse d’Avila affirme : « Tout chrétien doit s’appliquer, quand il le peut, à communiquer avec un guide instruit […]. Celui qui suit la voie de l’oraison en a plus besoin que tout autre » (Vie, ch. 13). Notons que ce guide doit être « instruit » ; Jean de la Croix précise qu’il doit avoir l’expérience de la prière. Bref, ne pas suivre n’importe quel « illuminé », mais de préférence un prêtre catholique, un moine, une religieuse ou un laïc formé qui ont l’habitude de la prière.

            Concrètement, il ne s’agit pas d’aller raconter à votre curé chaque semaine comment se passent vos 5 minutes de prière ! Mais si vous avez des questions, des demandes d’éclaircissement, n’hésitez surtout pas à les poser pour progresser dans la prière. Et si vous mettez à prier un peu plus, 15-20 min par jour, ça peut valoir le coup de rencontrer tous les mois environ un « père spirituel ».

Pourquoi apprendre à méditer ?

            La vie de prière a des hauts et des bas.  Même ceux qui, pour le moment, peuvent se passer du soutien d’un texte pour simplement aimer Jésus, traverseront un jour une période de sécheresse. Et alors, l’Evangile sera un des rares soutiens possibles. De plus, comment connaître Jésus et l’aimer si on ne le découvre pas dans l’Ecriture Sainte ?

            Prions comme l’Esprit Saint nous l’inspire ! Ne cherchons pas à réfléchir si le Seigneur nous fait la grâce de pouvoir l’aimer, de pouvoir le regarder simplement ! Mais n’oublions jamais « qu’ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ » (St Jérôme).

Prier concrètement aujourd’hui : Jean 6, 52

            Pour ceux qui le souhaitent, voici quelques indications pour méditer un pasage de l’Evangile dans la suite des précédents, si possible aujourd’hui devant un tabernacle. Prions selon ce que nous sommes, avec notre affectivité et notre intelligence !

             (Vous pouvez télécharger une version imprimable de ce texte d'Evangile et de la méditation que nous proposons en cliquant sur ce lien.)

            « 52 Les Juifs se querellaient entre eux : “Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ?” 53 Jésus leur dit alors : “Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. 54 Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

            55 En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. 56 Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. 57 De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.

            58 Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement.” 59 Voilà ce que Jésus a dit, alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm. » (Jn 6, 52-59)

 

            Voici quelques points pour méditer :

            * L’Eucharistie comme pain de vie, et de vie éternelle. Mon corps a besoin de nourriture pour vivre, mon âme aussi : c’est l’Eucharistie. L’Eucharistie n’est pas un aliment inerte, mort, c’est le Corps de Jésus qui se livre par amour pour moi sur la Croix.

            * « Je demeure en lui. » L’Eucharistie comme présence de Jésus parmi nous. En remontant au Ciel à l’Ascension, Jésus ne nous a pas abandonnés. Il nous a donné l’Eucharistie pour rester auprès de nous. Plus encore, il vient demeurer en moi. Je deviens le tabernacle de Dieu… Jésus habite le « Ciel de mon âme. »

            * « Alors qu’il enseignait. » Moi aussi, je veux me laisser instruire par toi, Jésus. Je voudrais te connaître pour mieux t’aimer. Fais-moi comprendre tes volontés, tes façons de faire, pour que je puisse t’imiter dans toute ma vie…

 

Pour aller plus loin :

P. Marie-Eugène, Je veux voir Dieu, Chapitres : La direction spirituelle ; Dieu lumière, Dieu amour.

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette école de prière :
S'inscrire à l'école de prière
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire , cliquez ici.