apprendre à prier jour par jour
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
illustration
10e jour : La foi – le don de soi

Pour visualiser ce message dans votre navigateur, cliquer ici.

            Cher Priant,

             Aujourd’hui, nous vous proposons une petite « pause » pour réfléchir avec vous à deux points importants pour l’oraison : la foi et le don de soi.

En quoi la foi concerne-t-elle ma prière ?

            D’abord parce que je ne peux pas prier dans le vide ! La prière chrétienne n’a rien à voir avec les « méditations orientales » où il s’agit de faire le vide. Mon intelligence a besoin de vérités sur lesquelles s’appuyer.

            Comment prier en effet si je ne crois pas que Jésus est vrai Dieu et vrai homme ? Seul un médiateur à la fois humain et divin peut me comprendre, moi, homme ou femme, et me conduire jusqu’à Dieu. A quoi bon prier si je ne crois pas que Jésus est mort sur la Croix pour me sauver ? Si je ne suis pas sauvé, si le Christ n’est pas ressuscité, mon espérance est morte. Comment prendre un temps d’adoration si je ne crois pas en la présence de Jésus dans l’Eucharistie ?

 

            D’autre part, mon intelligence humaine est limitée : Dieu est plus grand que ce que je peux en comprendre. La prière est une école d’humilité ! Puis-je quand même « toucher » Dieu dans la prière, entrer en relation vivante avec lui ? Oui, par un don divin, la foi reçue au baptême.

            St Jean de la Croix décrit la foi comme étant certaine et obscure (Montée du Carmel, Livre II, ch. 3). Certaine, car Dieu ne me trompe pas, il est la vérité. Je peux m’appuyer sur Lui. Mais aussi obscure, car Dieu est invisible, il me dépasse infiniment et mon péché m’éloigne de lui : il est normal de ne pas sentir Dieu dans ma prière.

            Ainsi, la foi va me permettre d’être sûr que Dieu est présent à ma prière, qu’il m’écoute, que je ne perds pas mon temps, que tel passage a un sens, alors même que je suis dans l’obscurité.

Le don de soi

            « Dieu ne force pas notre liberté, il prend ce que nous lui donnons. Mais il ne se donne pas complètement tant que nous ne nous sommes pas donnés à lui d’une manière absolue. Voilà un fait certain » (Thérèse d’Avila, Chemin de la Perfection, ch. 30). Dieu veut se donner à nous, c’est lui qui a l’initiative. Mais il nous aime trop pour forcer notre liberté. Si nous voulons progresser dans la prière, il faut vivre en conséquence, il faut chercher à faire la volonté de Dieu. C’est d’ailleurs tout naturel : quand on aime quelqu'un, ne cherche-t-on pas à lui plaire, à faire ce qu’il veut ? Si nous aimons Dieu, cherchons à faire sa volonté.

 

            Le don de soi à Dieu a trois aspects principaux :

            1) Il doit être absolu. Il ne s’agit pas de dire : Seigneur, fais de moi ce que tu veux, sauf dans mon travail car je suis sur le point d’avoir une augmentation etc. Croyons que tout est dans la main de Dieu, et que s’il prend en main ma vie, il fera de moi un saint !

            2) Il doit être indéterminé. Il ne s’agit pas de dire : Jésus, je suis en train d’animer un groupe biblique dans ma paroisse, fais tout pour que ça réussisse. Et si ce groupe biblique, très bien en théorie, n’était pas la volonté de Dieu pour moi ? Indéterminé veut dire qu’on laisse à Dieu le choix de la « détermination ». Autrement dit, Seigneur, si tu veux que je monte un groupe biblique, très bien, mais si tu veux que je monte une chorale, ou autre chose, très bien aussi : montre-moi ta volonté. Indéterminé ne veut pas dire ne rien faire de particulier !

            3) Il doit être fréquemment renouvelé. On peut être très généreux au début, puis peu à peu, on prend des habitudes et on reprend tout ce qu’on a donné. C’est très vrai dans la vie consacrée ou chez les prêtres qui ont tout donné pour leur vocation, mais qui peu à peu « s’embourgeoisent ». Mais aussi dans les couples ! On s’est donné à l’autre au début, puis peu à peu, on fait sa propre vie, en perdant la délicatesse et l’inventivité de l’amour.

Prier concrètement aujourd’hui : s’offrir dans la foi

            Aujourd’hui, nous ne vous proposons pas de méditation guidée. Vous pouvez bien sûr prier à partir de la suite de l’Evangile d'hier (Jn 6, 35-40 ; cliquer ici pour le télécharger). Mais libre à vous de prendre un autre texte, ou même de reprendre une méditation des jours précédents. Ou tout simplement de converser avec Jésus ou de louer le Seigneur. Comme vous inspirera l’Esprit Saint !

            Nous vous invitons seulement à faire au cours de votre prière un acte de foi : Seigneur, je ne te sens pas forcément, mais je sais que tu es présent, je crois que tu es mon sauveur.

            Et nous vous invitons également à faire au Seigneur le don de vous-mêmes. Charles de Foucauld l’a fait sous la forme d’une prière (http://www.charlesdefoucauld.org/fr/priere.php ou en musique : http://chants.ilestvivant.com/A-111113-mon-pere-je-m-abandonne-a-toi.aspx). Vous pouvez l’exprimer avec vos mots, ou par exemple ainsi :

            Mon Dieu, toi qui n’es qu’amour et miséricorde, je m’abandonne à toi dans la confiance. Tu connais mes pauvretés et mes lenteurs à te suivre : fais toi-même de toute ma vie une vivante offrande à la louange de ta gloire. Amen.

(Vous pouvez télécharger une version imprimable du texte des prières et de de l'Evangile proposés en cliquant sur ce lien.)

Pour aller plus loin :

P. Marie-Eugène, Je veux voir Dieu, Chapitres : Le don de soi, Foi et Contemplation.

Jean de la Croix, Montée du Carmel, Livre II, ch. 3-4.

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette école de prière :
S'inscrire à l'école de prière
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire , cliquez ici.